Congo/Nations Unies : Amina J. Mohammed reconnaît le potentiel du pays en matière d’écotourisme

Brazzaville, 08 Juil (ACI) – La vice-secrétaire générale des Nations unies, Mme Amina J. Mohammed, a reconnu, le 6 juillet à Brazzaville, le potentiel de la République du Congo en matière d’écotourisme, permettant d’équilibrer les intérêts humains et environnementaux.

« L’écotourisme peut attirer des investissements essentiels pour la croissance économique, à condition de créer un environnement propice et attrayant pour ces investissements », a-t-elle précisé au cours d’une conférence de presse organisée lors de son séjour dans la capitale congolaise dans le cadre de la Conférence internationale sur l’afforestation et le reboisement (Ciar).

La vice-secrétaire générale a, également, mis en avant la nécessité d’une bonne gouvernance, d’une éducation de qualité et de solides infrastructures pour stimuler l’économie et créer des emplois, en particulier pour les jeunes.

La vice-secrétaire générale des Nations unies devant la presse

« Nous devons offrir des emplois aux jeunes et réduire les inégalités pour garantir une croissance inclusive. Le Congo a besoin de croître en prenant en considération toutes les catégories de la population, notamment, les femmes et les jeunes », a-t-elle affirmé.

En outre, elle a souligné l’importance de repositionner le climat dans l’agenda mondial et a appelé à des actions concrètes pour faire face aux défis environnementaux et économiques actuels.

« La Ciar a permis de rétablir et de repositionner le climat dans l’agenda mondial. Il est désormais nécessaire de revoir les institutions et les finances en relation avec le climat, notamment, le financement des grandes transitions qui provoqueront des changements réels », a-t-elle déclaré.

Aussi, elle a insisté sur l’importance d’atteindre les objectifs de développement durable (Odd), en particulier dans le contexte des engagements pris lors de l’Accord de Paris visant à limiter le réchauffement à 1,5°C. « Cette année est la plus chaude de l’histoire de l’humanité. Nous devons travailler dur pour faire avancer l’économie verte et la conservation de la biodiversité, notamment, la conservation des forêts », a-t-elle fait savoir.

Par ailleurs, Mme Mohammed a averti des risques accrus de migrations et de crises humanitaires liées au changement climatique pouvant perturber l’atteinte des objectifs de développement d’ici 2030. « Il est crucial de protéger la paix, un atout que peu de pays en Afrique possèdent, et de poursuivre les efforts pour une économie inclusive », a-t-elle indiqué.

Peu avant sa participation à cette conférence de presse, la deuxième personnalité de l’Onu a visité, en compagnie des ministres de l’Économie forestière et de l’Industrie culturelle, touristique, artistique et des loisirs, Mesdames Rosalie Matondo et Lydie Pongault, le Parc national de Conkouati-Douli, situé à environ 130 km de Pointe-Noire. (ACI/Berninie Dédé Massamba)

Articles Similaires

DERNIÈRES PUBLICATIONS

FansJ'aime
SuiveursSuivre
AbonnésS'abonner